République Tunisienne | Ministère de l’Industrie et des PME

API Veille


      Valise escamotable et son procédé d'utilisation

      Brevet Monde WO 2016-130741, demandé le 11 février 2016, publié le 18 août 2016 (19 p., en anglais)
      Par K. Bhogadi, B. Jose (Idea Potent, Inc., États-Unis)

      L'invention concerne une valise escamotable dont le panneau arrière, les panneaux latéraux et le panneau avant sont rattachés au panneau de fond par des charnières leur permettant d'être mis en rotation depuis une position repliée contre le panneau de fond vers une position déployée perpendiculaire au panneau de fond. Les charnières latérales ont un espacement supérieur à l'espacement de la charnière avant pour permettre aux charnières latérales de reposer à plat sur le panneau avant lorsqu'il est plié et la charnière arrière a un espacement supérieur à celui des charnières latérales pour permettre au panneau arrière de reposer à plat sur les panneaux latéraux lorsqu'il est plié.

      Sac comprenant un compartiment amovible

      Brevet Monde WO 2016-118698, demandé le 21 janvier 2016, publié le 28 juillet 2016 (28 p., en anglais)
      Par T.J. Ford, H. Nassanian (Nike Innovate C.V., États-Unis)

      La présente invention concerne un sac comprenant un compartiment amovible. Le compartiment amovible peut être relié de manière libérable au sac à l'aide de divers mécanismes, et dans un aspect, une fermeture à glissière ayant des parties se chevauchant fixe le compartiment amovible au reste du sac et fournit un accès à un compartiment de rangement du sac.

      Véhicule connecté : les solutions pour assurer d’urgence leur cybersécurité

      Déporter la sécurité du véhicule dans le cloud, authentifier les véhicules, protéger les données grâce à la cryptographie homomorphe, déployer des SOCs pour les parcs automobiles... Aux Assises de la sécurité 2016, qui se tiennent actuellement à Monaco, de plus en plus d’acteurs planchent sur des solutions spécialement adaptées à la protection du véhicule connecté et autonome. Etat des lieux.

      Embarquant environ 100 millions de lignes de code (pour les modèles haut de gamme), la voiture devient un véritable ordinateur sur roues… Et constitue ainsi une nouvelle surface d’attaque, très prisée des pirates informatiques. Prises de diagnostic, protocoles ouverts à l’Internet, système de divertissement, unités de contrôle électronique des fonctions vitales, systèmes d’alerte à distance, systèmes connectés de surveillance et clés mal protégées, sont autant de points particulièrement sensibles. Les récentes démonstrations de prise de contrôle, comme le cas de la Jeep Cherokee, et le développement des véhicules autonomes poussent différents acteurs du monde la cybersécurité à s’emparer du sujet, comme nous avons pu le constater aux Assises de la sécurité 2016, qui se tiennent actuellement à Monaco.

      Véhicule autonome : Le détecteur de failles logicielles de TrustInSoft séduit Tesla

      La pépite TrustInSoft utilise les mathématiques pour éliminer les failles des logiciels. Utilisée dans l’aéronautique, le nucléaire, la défense, le spatial, les télécoms, l’IT, la technologie intéresse également les acteurs du véhicule autonome, dont Tesla.

      Issue de recherches menées au sein du CEA, la start-up TrustInSoft a mis au point une technologie qui permet de garantir mathématiquement l’absence de défaut dans un logiciel. « C’est un véritable changement de paradigme. Grâce à notre technologie, nous sommes capables de garantir la qualité du logiciel avant qu’il ne soit testé », nous expliquait Fabrice Derepas, cofondateur et CEO de l’entreprise, lors du dernier Forum international de cybersécurité (FIC 2016).

      Véhicule autonome : L'OS temps réel de Krono-Safe sait gérer les multiples capteurs chez Delphi et Renault

      La start-up Krono-Safe a développé un système d’exploitation en temps réel (RTOS en anglais pour Real Time Operating System) et son langage de programmation Psy, idéal pour gérer les données des multiples capteurs des véhicules connectés.

      Krono-Safe, start-up issue du CEA fondée en 2011, a développé Asterios, une nouvelle génération de système d’exploitation en temps réel (RTOS en anglais pour Real Time Operating System) pour des processeurs multicœurs, capable de gérer une architecture en parallèle. « Le langage C utilisé encore aujourd'hui dans les véhicules n'est pas fait pour ça, notre langage psy vient en complément, pour faire communiquer les informations de tout type de capteurs », explique Didier Roux, PDG de la PME d'Orsay. Ces avancées au niveau des systèmes de calcul permettent l'arrivée de fonctions telles que le stationnement piloté et l'assistance dans les embouteillages.

      Dyson pourrait changer la donne dans le véhicule électrique avec ses batteries "solid-state"

      Après l’aspirateur, le ventilateur, le sèche-cheveux… Le britannique Dyson s’attaquerait... au véhicule électrique, selon The Guardian. La firme aurait en effet déposé des brevets pour une batterie de type « solid-state » pour véhicule électrique. De là à construire un véhicule complet et concurrencer Tesla…
      En mars 2016, le journal dévoilait déjà que Dyson développait une batterie pour véhicule électrique à son siège de Malmesbury, Wiltshire, notamment le soutien financier du gouvernement. En octobre 2015, la firme avait acquis pour 90 millions de dollars l’américain Sakti3, spécialiste des batteries sans composant liquide (solid-state battery).

      Véhicule autonome : La plate-forme multi-protocolaire de Yogoko embarque le projet Scoop@F

      Fondée en juin 2014, la start-up Yogoko développe une plate-forme multi-protocolaire pour faciliter la communication (et donc la coopération) entre véhicules. Objectif : permettre au véhicule d'utiliser la bonne technologie d'accès au bon moment, en fonction des besoins et des contraintes.
      En communiquant entre eux et avec l’infrastructure, les véhicules autonomes vont pouvoir se doter d’une « perception augmentée ». De quoi améliorer sensiblement le niveau de sécurité. Pour assurer cette communication permanente, la start-up Yogoko, issue de 15 années de recherche sur les réseaux et la robotique mobile, développe une plateforme multi-protocolaire. Celle-ci doit servir de support aux applications du véhicule connecté et autonome.

      Véhicule autonome : le modem du CEA-List déjà embarqué dans la Next Two de Renault

      Pour assurer une connectivité stable et fiable, le CEA List a co-développé avec Renault un modem capable de passer d’un réseau à l’autre, sans interrompre la connexion. Ce modem équipe déjà la Next Two, le prototype de véhicule autonome de Renault, et devrait arriver sur les véhicules de série en 2017/2018.

      Pas de voiture autonome sans connexion Internet ! Pour permettre aux véhicules de maintenir constamment une connexion, le CEA List a développé, en collaboration avec Renault, un routeur multi-réseaux baptisé Camoro. Il scanne les différents réseaux de téléphonie mobile et de Wi-Fi (2G, 3G, 4G, Wi-Fi, Wi-Fi Wave, Hotspot et Bluetooth) et passe de l’un à l’autre de manière totalement imperceptible, selon les besoins et les contraintes.

      Véhicule autonome : la réalité augmentée sans marqueur du CEA List testée à Bordeaux

      Pour permettre l'usage de la réalité augmentée dans le véhicule autonome, le CEA List a développé une technologie de recalage basée sur des algorithmes Slam (Simultaneous localization and mapping). La technologie a déjà été testée dans un tramway à Bordeaux et intéresse plusieurs acteurs du véhicule autonome.
      Lorsqu'ils n'auront plus besoin de se concentrer sur la route, les automobilistes pourront plus facilement explorer l'environnement qui les entoure.

      Comment Tesla rend tous ses véhicules autonomes (ou presque)... à la chaîne

      Désormais, tous les véhicules qui sortiront des lignes de production de Tesla seront équipés d’origine du matériel nécessaire à la conduite autonome. Ces fonctionnalités ne seront toutefois pas activées dans l’immédiat.

      « A compter d’aujourd’hui, tous les véhicules Tesla fabriqués dans nos usines, y compris les modèles 3, seront dotés des équipements matériels nécessaires pour une conduite autonome avec un niveau de sécurité sensiblement supérieur à celui atteint par un conducteur humain ». C’est ce qu’a annoncé Tesla, mercredi 19 octobre, lors d’une conférence en Californie.
    Page: 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 |